Menu Fermer

Final Fantasy XIV : Endwalker – Revue PC (Steam)

[ad_top1 class=""]

A tous mes enfants dans lesquels la vie coule en abondance…

Système : PlayStation 4, PlayStation 5, PC (Steam)
Éditeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Date de sortie : 3 décembre 2021

Prix : 39,99 $ (édition standard)
Classement : T
Genre : MMORPG
Joueurs : 1
Site officiel : https://na.finalfantasyxiv.com/endwalker/

FINAL FANTASY XIV : ENDWALKER Bande-annonce de lancement

À qui s’adresse-t-il ?

Endwalker marque la fin d’un arc scénaristique dont le développement a pris onze ans, et pour cette raison, il s’adresse aux vétérans et aux joueurs de FFXIV qui ont parcouru le jeu pendant des années.

Ce à quoi il faut s’attendre

Malheureusement, la première chose que vous devez savoir est qu’il y a un temps d’attente pour jouer. En raison de sa popularité, il n’est pas rare que les joueurs de FFXIV aient une petite  » file d’attente  » lorsqu’ils essaient de se connecter au jeu, mais ce qui était un temps d’attente de 2 à 3 minutes pendant les  » heures de pointe  » s’est transformé en 2 à 5 heures après la sortie du patch 6.0 pour l’extension Endwalker. Attendre de longues heures pour se connecter à un jeu semble insensé, mais les gens qui étaient impatients de jouer ont attendu, à tel point que pour offrir un peu de  » répit  » aux personnes qui faisaient la queue, Square Enix a dû cesser de vendre FFXIV et suspendre indéfiniment les inscriptions aux essais gratuits. Même plus d’un mois après la sortie du jeu, les files d’attente durent environ 1h30 à 2h30 pendant les « heures de pointe » et le jeu n’est toujours pas disponible à la vente.

Si l’on fait abstraction de cela, tout n’est pas si mauvais. Ceux qui ont eu accès au jeu ont été ravis de constater qu’Endwalker répond à toutes leurs attentes et plus encore. L’extension est longue, amusante, intéressante et engageante à jouer de bout en bout. En plus d’une histoire passionnante, l’extension Endwalker a permis d’introduire les très célèbres Viera, une race jouable de beaux lapins humains. La race jouable Viera a en fait été introduite dans l’extension précédente, Shadowbringers, mais elle n’était disponible qu’en tant que sexe féminin.

Deux nouveaux « métiers » jouables ont été introduits avec Endwalker, un rôle de soigneur connu sous le nom de « Sage » et un rôle de DPS de mêlée, le « Faucheur ». Malgré leur nouveauté, ces deux jobs ont fait leurs preuves en prenant la tête des tableaux de dégâts dans Asphodelos Savage, le contenu du raid de fin de partie d’Endwalker.

[ad_top2 class= »mt40 mb40″]

Visuels

Une nouvelle extension est toujours synonyme de nouvelles zones à explorer, mais Endwalker apporte des paysages époustouflants, anciens et nouveaux. Depuis Heavensward, nous connaissons Idyllshire, une cité sharlayenne abandonnée, et nous pouvons maintenant voyager jusqu’à « The Northern Empty », où nous pouvons découvrir l’architecture sophistiquée de Sharlay dans toute sa gloire. Une autre zone ancienne mais nouvelle est Garlemald ; une ville que nous ne connaissions que par les récits de nos ennemis est maintenant disponible pour les joueurs… ou du moins ce qu’il en reste.

Certaines nouvelles villes et certains donjons sont inspirés de la culture indienne, alors attendez-vous à des décors aux couleurs vives et au caractère bien trempé. Mais ce n’est rien comparé aux beautés visuelles de « La mer des étoiles » et de toutes les planètes lointaines où nous pouvons voyager dans Endwalker !

Son, musique

L’extension Endwalker de FFXIV apporte avec elle de nombreux bangers sympas, comme on pouvait s’y attendre de la part du légendaire Masayoshi Soken. Certaines des meilleures musiques seront rencontrées lors des combats de la quête de l’histoire principale, mais nous pourrons également profiter de superbes musiques de l’overworld, notamment dans des villes comme Radz-at-Han, où nous nous immergerons dans des airs inspirés de la culture indienne. Comme cette extension se veut une synthèse de toutes les extensions réalisées jusqu’à présent dans FFXIV, nous entendrons également beaucoup de musiques anciennes, notamment le célèbre thème ARR, « Answers », de Nobuo Uematsu. L’utilisation d’anciennes musiques peut sembler paresseuse, mais le jeu réussit à les intégrer aux cutscenes afin d’améliorer l’expérience de l’histoire racontée ; à chaque fois que vous entendrez « Answers », préparez-vous à découvrir des éléments d’histoire profonds !

Jouabilité

Comme nous l’avons déjà mentionné, le gameplay comprend de nouveaux métiers jouables ainsi que de nouvelles villes, mais contrairement aux précédentes extensions de XIV, Endwalker propose un peu de tout, du voyage sur la lune aux confins de la galaxie… littéralement. Dans Endwalker, nous voyageons vers d’autres planètes, et nous avons même un aperçu de la vie sur les 10 (sur 12) autres mondes « shard » dont nous avons entendu parler pendant si longtemps dans les extensions. Et ce n’est même pas la partie émergée de l’iceberg, puisque nous pouvons même voyager dans le passé, dans un lieu appelé « Elpis », et marcher parmi les Amaurotiens, guidés par – oui, Emet-Selch lui-même.

Les autres contenus jouables comprennent huit nouveaux donjons et deux nouveaux primaux, Zodiark et Hydaelyn. Maintenant, ayant appris l’existence des Asciens pendant Shadowbringers, nous savions depuis un certain temps que nous allions affronter Zodiark… mais pourquoi nous battons-nous contre la Mothercrystal, Hydaelyn ? Du moins, nous ne gâcherons pas cette partie.

Une autre grande partie du contenu jouable est constituée par les raids. Cette fois, nous combattons dans Pandaemonium, qui (comme d’habitude) sera divisé en 3 sections de raid, dont la première s’appelle Asphodelos. Pour l’instant, seuls Asphodelos et ses quatre cercles sont accessibles. D’autres contenus jouables à venir ont déjà été évoqués, comme les nouvelles tribus de bêtes, Arkasodara et Loporrits, et le nouveau quartier d’habitation de l’Empyrée d’Ishgard.

[ad_middle class= »mt40 mb40″]

Consensus sur le gameplay de Honey :

Il y a définitivement beaucoup plus à dire sur l’extension Endwalker, et même si nous avons spoilé du contenu sur cet article, il y a encore plus de la moitié de l’histoire que nous avons évité de couvrir. Quels secrets seront révélés dans Garlemald ? Qu’en est-il de notre antagoniste Zenos ? Pourquoi Emet-Selch est-il devenu notre ami ? Et qu’est-ce qui provoque la fin des temps CETTE FOIS ? C’est à vous de jouer et de le découvrir !

Les avantages du miel :

Plus de 50 heures de nouveau contenu jouable (en solo).

Une histoire captivante.

Excellente bande-son.

Nouveaux métiers et nouvelles races.

Cons. du miel :

Temps d’attente 1+ hrs…

Les nouveaux joueurs ne peuvent pas acheter le jeu pour le moment (cela va bientôt changer !).

Verdict final de Honey :

8.5/10. Honnêtement, nous lui donnerions bien un 10, mais les temps d’attente ridicules, même plus d’un mois après la sortie, sont un très gros obstacle. Le fait que les nouveaux joueurs ne puissent pas jouer est un autre gros, gros mur que Square Enix doit réparer au plus vite. C’est la seule société de jeux qui souffre d’un énorme succès de titre, mais vraiment, FFXIV mérite des éloges, car il n’a fait que s’améliorer depuis sa sortie à la fin de 2010, et est resté amusant, pertinent et populaire avec chaque extension à venir. Nous espérons que la clôture de cet arc de onze ans ne signifie pas la fin de ce fantastique MMO, et nous espérons que l’avenir du jeu continuera à apporter aux joueurs du monde entier des extensions qui surpassent les dernières avec un contenu captivant.

[author author_id= »020″ author= » » translator_id= » »]

[ad_bottom class= »mt40″]

Cet article a été rédigé par 020 Yana et traduit par Dragon-Ball-Universe.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Dragon-Ball-Universe.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.