Menu Fermer

La nouvelle version de Mieruko-chan sur le genre de l’horreur.

[ad_top1 class="mb40"]


[sourceLink asin="" asin_jp="" cdj_product_id="" text="imdb" url="https://www.imdb.com/title/tt14271890/mediaviewer/rm3775326721/" ]

Double, double, travail et ennuis, tout ce que Miko Yotsuya semble avoir, ce sont des ennuis. Des bestioles cauchemardesques qui saturent presque tous les aspects de sa vie quotidienne à sa mignonne mais ignorante meilleure amie, Miko ne semble pas avoir de répit. Cela pourrait être hilarant si ce n’était des créatures vraiment horribles qui se manifestent à toute heure de la journée de Miko. Cependant, elle le prend comme un champion ! Armée du meilleur visage de poker du monde (sérieusement, Miko devrait envisager le poker de compétition), Miko affronte ses problèmes d’adolescente et les défis surnaturels un jour après l’autre avec quelques rires (pour nous), une douce sentimentalité (pour nous et Miko), et la peur de l’enfer frais que ces horreurs soulèvent (c’est tout pour Miko).

Dès le thème d’ouverture, il était clair que cette saison d’horreur, de comédie, de tranche de vie et d’ecchi (qu’est-ce que c’est ?) allait être différente des goules horribles, des meurtriers à la hache et des écoliers meurtriers et effrayants (je vous regarde, Hinamizawa) auxquels nous sommes habitués quand nous pensons à l’horreur. Mais qu’est-ce qui distingue exactement Mieruko-chan ? Pourquoi en redemande-t-on toujours ? Et surtout, pourquoi passons-nous des hahahas grondants aux eeewwws bien mérités en l’espace de quelques secondes ? Restez à l’écoute et préparez-vous à décortiquer tous les pourquoi de cette version rafraîchissante du genre de l’horreur !

Un autre nom pour l’horreur (indice : c’est une comédie)


[sourceLink asin="" asin_jp="" cdj_product_id="" text="imdb" url="https://www.imdb.com/title/tt14271890/mediaviewer/rm994110209/" ]

Des êtres grotesques tout droit sortis de nos cauchemars qui nous guettent à chaque tournant, cette question obsédante posée par cette voix déformée : « Est-ce que tu me vois ? ». Oof, Mieruko-chan a tout ce qu’il faut pour être un spectacle d’horreur de premier ordre. Cependant, c’est de l’horreur qui n’est pas horrifiante ! Mais qu’est-ce que ça veut dire ? ! Bien que le design et la nature des monstres, et même les (bons ?) esprits du sanctuaire, soient terrifiants et inquiétants, cet anime fait très bien la part des choses entre la véritable terreur et le malaise croissant. Le principe ? Effrayante. Les monstres ? Effrayants. Mais, sommes-nous effrayés ? Non, car Mieruko-chan est un hybride entre l’horreur, la comédie, le slice-of life et le ecchi (nous avons été surpris par cela aussi).

Avec des éléments de la vie quotidienne entrecoupés de comédie provenant de la propre approche de Miko face à ces terribles créatures, sans parler des manigances hilarantes de son équipe oublieuse, l’anime est très bien équilibré entre rires et pleurnicheries. De plus, alors que Miko apprend à comprendre certaines de ces créatures, bien qu’à une distance très, très sûre, l’histoire se révèle sentimentale et réconfortante, avec des moments tels que l’esprit d’un mari décédé qui tente d’aider sa vieille femme désorientée (ou l’esprit du bébé décédé de l’enseignante de Miko qui surveille sa grossesse). Le film parvient vraiment à tirer sur la corde sensible. Cependant, ces sentiments chaleureux de réconfort, de sentimentalité et de bon rire ne font absolument rien pour diluer l’horreur. Fidèles à eux-mêmes, les monstres ne changent pas, et pour être honnête, nous ne l’aurions pas fait autrement.

Miko : Not-So Warrior Woman (Femme pas si guerrière)


[sourceLink asin="" asin_jp="" cdj_product_id="" text="imdb" url="https://www.imdb.com/title/tt14271890/mediaviewer/rm3826841089/" ]

Une vapeur noire se déploie lentement, une forme décharnée et déformée sort d’un coin sombre, se rapproche lentement de notre héroïne, gémit et gémit, et Miko… eh bien, Miko est imperturbable. Ou elle semble l’être. À l’intérieur, Miko est comme nous, hurlant dans le vide à la vue des êtres grotesques qui, pour une raison quelconque (c’est sans aucun doute Hana), semblent l’entourer 24 heures sur 24. Enfin, le protagoniste d’horreur que nous recherchons tous ! Alors que la plupart des héros et héroïnes de films d’horreur répondent à l’appel et prennent les armes pour se battre pour le bien de tous, Miko fait ce que n’importe lequel d’entre nous ferait : faire semblant de ne rien voir et faire l’autruche.

Le stoïcisme est la clé de cette stratégie et, tout comme nous éviterions les cafards et les rats, Miko fait de même avec une impressionnante maîtrise de soi, ne montrant aucune réaction extérieure aux esprits qui flottent autour d’elle. Et si elle n’est pas totalement à l’abri de l’héroïsme et du sauvetage de ses amis ou de toute autre victime, elle le fait d’une manière adaptée à sa stratégie stoïque afin de minimiser tout danger qui pourrait être encouru en attirant l’attention des créatures. Une vraie bouffée d’air frais ! Tout ce que Miko veut, c’est la paix et la tranquillité, et elle reste dans son coin (et vraiment, qui peut la blâmer ?). Elle se moque de l’héroïsme, de la bravoure et de la gloire, et c’est probablement ce qui la maintient en vie !

La passivité n’a jamais été aussi séduisante, n’est-ce pas ?

Les enfants n’ont pas du tout raison


[sourceLink asin="" asin_jp="" cdj_product_id="" text="imdb" url="https://www.imdb.com/title/tt14271890/mediaviewer/rm3498436609/" ]

Les amis. On peut les aimer mais on ne peut pas les quitter. Bien que, dans ce cas, les chances de Miko d’éviter les monstres seraient certainement plus élevées sans eux. De l’inconsciente Hana Yurikawa, qui attire une quantité alarmante de ces êtres grotesques, à l’ambitieuse (lire : délirante) Yuria Niguredou, qui cherche à devenir la plus puissante spirite, les amis de Miko ne font qu’exacerber le problème.

Dans le cas de Hana, elle est aussi paumée que possible, mais son aura brillante et puissante est si forte que les monstres ne peuvent s’empêcher d’affluer vers elle (et par procuration, vers Miko, à cause de la codépendance). Avec Yuria, les choses se compliquent un peu plus. Yuria a aussi la « vue », mais la sienne est beaucoup plus faible, ce qui lui permet de voir seulement les choses modérément effrayantes, mais pas les plus terrifiantes. Ainsi, elle a la notion erronée que sa vocation est de devenir exorciste, et à travers de nombreuses interprétations erronées, elle en vient à croire que Miko est un médium fort qui la rejette comme une petite frite (nous vous l’avons dit, erronée). Elle interprète les activités les plus banales (trébucher littéralement) comme des activités d’exorciste et, ainsi, renforce ses propres notions complètement erronées sur Miko.

L’oubli béat de ces deux petites bêtes attachantes ne fait que rendre la vie de Miko plus difficile, car elle essaie constamment de les tirer d’affaire alors qu’ils courent toujours tête baissée vers les problèmes. Pauvre Miko ! Ses maux de tête nous donnent envie de rire, car ce contraste hilarant est à l’origine de 99 % de la comédie de l’anime, et nous apprécions certainement ces manigances, car elles contrebalancent merveilleusement le monologue intérieur pétrifié de Miko pour créer une atmosphère plus légère de tranche de vie.

Réflexions finales


[sourceLink asin="" asin_jp="" cdj_product_id="" text="imdb" url="https://www.imdb.com/title/tt14271890/mediaviewer/rm2669213185/" ]

Mieruko-chan réussit le compromis avec brio. S’il remplace les moments de terreur par des moments de réconfort, il conserve les monstres grotesques et les esprits terrifiants du sanctuaire au lieu des gags de mauvais goût. Il abandonne même la peur du saut au profit d’un contenu ecchi, mais conserve les punchlines comiques au lieu d’une croisade contre les grands méchants. Tout cela et le protagoniste d’horreur le plus attachant à ce jour, qui n’est pas stupidement impulsif, ennuyeux et curieux ou irresponsable. Pas étonnant que l’on ne se lasse pas de Mieruko-chan, il n’y a rien de tel nulle part !

Que pensez-vous de ce chef-d’œuvre inter-genres ? Honnêtement, vous feriez aussi la politique de l’autruche ? Dites-le-nous dans les commentaires ci-dessous !

[author_id= » » author= »G » translator_id= » »]

[ad_bottom class= »mt40″]

[recommendedPost post_id=’342315′ url= » title= » img= » class= » widget_title= »]
Cet article a été rédigé par misc et traduit par Dragon-Ball-Universe.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Dragon-Ball-Universe.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.