Menu Fermer

Cyanide & Happiness – Freakpocalypse Part I – PC (Steam) Critique.

[ad_top1 class = ""]

Super Coop, à la rescousse ! C’est pas grave, il a tout gâché…

Système : PC (Steam, Epic), Nintendo Switch
Éditeur : Serenity Forge
Développeur : Explosm, Skeleton Crew Studio
Date de sortie : 11 mars 2021

Prix : 17,99
Évaluation : M
Genre : Aventure, Point and Click, Puzzle
Joueurs : 1
Site officiel : https://www.freakpocalypse.com/

Freakpocalypse – Trailer de lancement – Cyanide &amp ; Happiness

À qui s’adresse-t-il ?

Cyanide &amp ; Happiness, la série de bandes dessinées phare d’explosm.net, réalisée par Kris Wilson (créateur original), Rob DenBleyker, Matt Melvin et Dave McElfatrick, est probablement l’un des webcomics les plus populaires que l’on puisse trouver – il l’était certainement il y a 10 ans, lorsque les sites de médias sociaux comme Facebook et Tumblr étaient à leur apogée. Étant donné sa popularité, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne soit finalement transposé dans les jeux vidéo. En fait, avant la sortie de Cyanide &amp ; Happiness : Rapture Rejects, en 2018, ils ont créé 2 jeux de société après quelques campagnes Kickstarter réussies. Curieusement, Rapture Rejects est toujours un jeu en accès anticipé, mais maintenant nous avons obtenu une toute nouvelle aventure pour PC et Switch : Freakpocalypse.

Pour être honnête, ce jeu sera plus apprécié par les fans de Cyanide &amp ; Happiness, car beaucoup d’étrangers pourraient trouver son humour noir et ses blagues sexuelles intimidants, mais qui n’apprécie pas une bonne aventure point-and-click qui ressemble plus à une excuse pour des gags interactifs qu’à un jeu ?

Ce à quoi il faut s’attendre

Comme nous venons de le mentionner, Cyanide &amp ; Happiness : Freakpocalypse est un jeu destiné aux fans de Cyanide &amp ; Happiness. Vous y trouverez un principe simple agrémenté de personnages loufoques, de situations ridicules et de quelques énigmes occasionnelles, semblables à celles que l’on trouve, par exemple, dans les jeux Leisure Suit Larry. Attention, cependant, il s’agit d’un titre classé M, plein de références sexuelles et de dialogues controversés, ce que tous les fans de Cyanide &amp ; Happiness apprécient mais que tout le monde n’appréciera pas.

Autre chose à savoir, ce n’est rien d’autre que la première partie d’une trilogie, ce qui explique sa fin abrupte…

[ad_top2 class= »mt40 mb40″]

Visuels

Cyanide &amp ; Happiness : Freakpocalypse excelle incontestablement sur le plan visuel et représente fidèlement l’esprit d’un webcomic devenu jeu vidéo. Toutes les cutscenes ressemblent précisément à ce que l’on attend d’une série animée de haute qualité, mais l’ensemble du jeu partage le même esprit coloré, ce qui va très bien avec une intrigue aussi humoristique. Pour être honnête, la plupart des jeux vidéo basés sur des bandes dessinées ou des séries télévisées en 2D sont réussis si les développeurs respectent le style artistique, mais dans ce cas, cela fonctionne mieux grâce au genre. Après tout, qui n’aime pas une aventure simplifiée de type point-and-click ?

Son, musique

Écoutez, la musique est bonne et tout, mais ce n’est pas comme si ce jeu avait la meilleure bande originale de tous les temps. Elle fonctionne, et c’est suffisant pour nous. Ceci étant dit, nous devons absolument faire l’éloge du jeu de voix, car il transmet totalement l’essence d’un jeu qui ne se prend jamais au sérieux, sans pour autant manquer les blagues ou renforcer les stéréotypes pour des raisons comiques. Vous ne trouverez pas de performances primées, mais tous les personnages sonnent comme ils le font dans votre tête lorsque vous lisez une bande dessinée de Cyanide &amp ; Happiness.

Gameplay

Tout commence avec Cooper McCarthy, le protagoniste, qui rêve de devenir un super-héros et de sauver ses amis du malicieux Dr. Dropout, qui veut transformer tous les élèves de l’école de Cooper en versions stupides d’eux-mêmes. Le problème, c’est que cette réalité alternative n’est qu’une échappatoire aux obligations scolaires de Coop… et, pour couronner le tout, il n’est pas seulement un mauvais élève, mais aussi le loser que tout le monde – y compris les professeurs – aime malmener, de sorte qu’il n’y a aucune chance qu’il devienne le héros d’une telle histoire.

Une fois que Coop est revenu à la réalité, notre objectif est de l’aider à faire avancer les choses, ce qui signifie aussi aider les autres à faire avancer les choses. Dans le plus pur style « pointer et cliquer », nous devons explorer l’école – et plus tard, tout le quartier – et trouver des objets que nous pouvons utiliser ou combiner pour résoudre des énigmes simples, comme soulever un bureau pour atteindre un livre manquant ou voler des préservatifs dans un magasin local. Au cours de notre exploration, nous rencontrerons plusieurs personnages loufoques qui se moqueront de nous ou nous ignoreront complètement, toujours de la manière la plus pénible mais aussi la plus hilarante. Les antagonistes de cette aventure sont Kent, le jeune riche répugnant, Chet, le sportif musclé, et Brittanii, une pom-pom girl blonde qui se trouve être la petite amie de Chet… mais encore une fois, presque tout le monde dans ce jeu déteste Coop, alors peut-on vraiment leur en vouloir ?

Bien que certaines énigmes soient sans aucun doute plus difficiles que d’autres, il n’est pas nécessaire d’être un étudiant de Harvard ou un joueur de point-and-click acharné pour comprendre ce qu’il faut faire et comment procéder. Ce premier épisode de la trilogie peut être terminé en moins d’une heure si vous vous concentrez uniquement sur vos corvées principales, avec peut-être une heure de contenu supplémentaire si vous accomplissez également vos corvées secondaires. Et oui, cela s’appelle des corvées dans le jeu !

En plus de suivre l’histoire, parler à des personnages au hasard peut mener à de nouvelles quêtes, et certaines d’entre elles vous récompenseront avec des costumes spécifiques. Il y a aussi des chapeaux cachés, et certaines actions peuvent vous permettre d’obtenir une chemise à thème, comme se faire une cicatrice avec une scie. Bien que la recherche de corvées secrètes et de cosmétiques soit amusante, la narration vous empêchera de terminer le jeu à 100%, à moins que vous ne soyez extrêmement chanceux. Dans notre cas, nous avons abandonné l’école dans l’espoir de revenir plus tard, pour découvrir que ce n’était même pas possible…

Si vous avez vraiment envie de débloquer tous les succès et de trouver tous les costumes, recommencer le jeu n’est pas une mauvaise idée, mais une fois que vous saurez résoudre toutes les énigmes principales, vous aurez probablement l’impression de faire un speedrun. Bien que nous ayons apprécié notre temps avec Cyanide &amp ; Happiness : Freakpocalypse, nous avons juste envie de jouer aux 2 autres jeux plutôt que d’y retourner… et pourtant nous n’excluons pas la possibilité d’y rejouer une fois que le deuxième volet sera sorti.

Dans son état actuel, Cyanide &amp ; Happiness : Freakpocalypse est insatisfaisant, et sa fin abrupte le rend encore plus perceptible.

[ad_middle class= »mt40 mb40″]

Consensus sur le gameplay de Honey :

Si vous êtes un fan des bandes dessinées Cyanide &amp ; Happiness, alors vous aurez certainement du plaisir à explorer tous les recoins de ce jeu et à aider Coop à aider ses voisins et ses camarades de classe, dans l’espoir de trouver une cavalière pour le bal de fin d’année. Si vous n’êtes pas familier avec les bandes dessinées C&H, il y a encore une petite chance que vous puissiez l’apprécier, mais le manque de contenu et la simplicité seront difficiles à ignorer – et ce, si vous êtes d’accord avec son caractère politiquement incorrect.

Les avantages du miel :

Cet humour classé R auquel Cyanide &amp ; Happiness nous a habitués.

Des graphismes cartoonesques magnifiques.

Cons. du miel :

C’est trop court et nous devons attendre la suite de l’histoire.

Les fans de C&H vont l’adorer, mais le grand public risque de trouver son gameplay simple, ennuyeux et pas assez attrayant.

Verdict final de Honey :

Il est trop tôt pour juger cette trilogie. Bien que le premier volet ne fonctionne pas vraiment comme un jeu autonome, il y a encore de l’espoir pour Freakpocalypse. C’est trop court, trop facile et trop superficiel au niveau de l’intrigue, mais à quoi vous attendiez-vous ? C’est juste une excuse pour visiter l’univers de Cyanide &amp ; Happiness, et nous sommes sûrs que certains d’entre vous apprécieront l’occasion !

Si vous voulez vraiment dépenser de l’argent en environ une heure de jeu, Cyanide & ; Happiness : Freakpocalypse est désormais disponible sur PC et Switch. Malheureusement, nous ne savons pas quand les parties 2 et 3 sortiront.

[author_id= »063″ author= » » translator_id= » »]

[ad_bottom class= »mt40″]

Cet article a été rédigé par 063 Rod Locksley et traduit par Dragon-Ball-Universe.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Dragon-Ball-Universe.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.