Menu Fermer

L’histoire de Magia Record souffre-t-elle du fait d’être une adaptation de jeu mobile ? – Magia Record : Puella Magi Madoka Magica Side Story

[ad_top1 class = "mb40"]


[sourceLink asin = "" asin_jp = "" cdj_product_id = "NEOGDS-375976" text = "" url = ""]

Lorsque Puella Magi Madoka Magica a explosé sur la scène en 2011, elle a bouleversé tout le genre de la magie féminine en déconstruisant ses tropes habituelles et en racontant un récit étonnamment sombre et perspicace sur ce qui se passerait vraiment si les jeunes adolescentes étaient forcées de combattre des monstres tous les jours. Il a donné naissance à de nombreux manga et jeux dérivés, dont le plus important est peut-être le jeu de gatcha pour mobile Magia Record et son adaptation en anime qui a commencé à être diffusé cette saison.

Mais, aussi excitant que soit le spectacle d’un autre Puella Magi sur le petit écran, Magia Record ne saisit pas la même magie que son prédécesseur. Serait-ce parce qu’il est basé sur un jeu dont la structure même désavantage l’anime ? Examinons la question.

Débordant de filles magiques

Les jeux Gatcha, par nature, ont des dizaines de personnages que les joueurs peuvent collectionner et entraîner. Si c’était le cas’t, comment feraient-ils pour que les gens dépensent autant d’argent dans l’espoir d’obtenir leurs waifus et marios favoris par des tirages au sort ? Ainsi, lorsque des jeux comme Kantai Collection et Azur Lane sont adaptés en anime, ils’n’essaient pas d’être des drames sérieux, axés sur les personnages, comme le fait Magia Record, mais ils débordent de jolies filles et de don’t.

L’histoire justifie cette abondance de héros par une étrange rumeur qui attire des filles magiques à Kamihama City, mais avec de nouveaux personnages qui apparaissent à chaque épisode, la protagoniste Iroha et sa principale motivation pour retrouver sa soeur disparue finissent par être reléguées au second plan au profit des derniers venus dans la distribution. Même des personnages comme Mami et Kyoko du Madoka Magica original apparaissent à l’occasion (depuis qu’ils sont apparus dans le jeu), poussant encore plus les nouveaux venus hors des feux de la rampe.

Un casting intime pour un court métrage

L’une des raisons pour lesquelles Puella Magi Madoka Magica a eu un tel impact est que, même si le monde qu’elle a créé avait un potentiel d’expansion, elle s’en est tenue à un noyau de cinq filles (mais généralement seulement quatre à un moment donné) et a donné à chacune d’elles des arcs de personnages complets et pleinement réalisés qui s’intègrent parfaitement dans la série&rsquo ; 12-épisodes de suite. Vous avez compris leurs rêves, leurs peurs et leurs relations. Magia Record a le même temps à consacrer, mais a introduit plus de 15 nouveaux personnages en seulement 8 épisodes : Iroha et sa soeur Ui, la compagne d’Iroha&rsquo, Kuroe, le mystérieux Yachiyo et son excitant cintre, Tsuruno, la mercenaire en difficulté Felicia, le trio dysfonctionnel de Momoko, Rena et Kaede, et ainsi de suite.

La série consacre même un temps précieux à faire référence à d’autres personnages du jeu qui n’apparaissent pas dans l’anime, ce qui ne sert qu’à confondre les nouveaux téléspectateurs sur ce à quoi ils doivent faire attention. Chacun de ces personnages a une personnalité et une histoire intéressante, mais quand ils’battent tous pour le cri et que le pauvre Iroha est juste là pour le faire, il’est difficile de s’intéresser à l’un d’entre eux. Réduire la distribution à un noyau intime aurait été bien plus avantageux pour l’histoire, mais comme l’anime a l’obligation de présenter autant de personnages du jeu (qui ont eu beaucoup plus de temps pour les développer) que possible, cela ne peut pas se faire.

Ce que Magia Record fait de bien

Même si nous nous moquons de Magia Record pour son intrigue, il y a une chose importante à laquelle il excelle, et c’est l’atmosphère. L’architecture solitaire et subtilement sinistre de Shaft&rsquo pour les décors de Madoka Magica prend vie d’une toute nouvelle manière pour Magia Record&mdash ; Kamihama City est remplie de grands espaces vides aux couleurs riches et parsemés d’appareils étrangement futuristes qui poussent le spectacle’s ostensiblement moderne dans un décor de science-fiction douce sans un mot des gens qui l’habitent.

Nos détails préférés jusqu’à présent ont été les publicités numériques dans les restaurants de hamburgers qui reflètent un groupe de filles qui se disputent&rsquo ; des pensées et des motivations non dites, ainsi que le compte à rebours régulier des événements chanceux qui commence comme un aveugle’ll-miss-it blurb sur un emballage de glace à la crème et devient progressivement de plus en plus évident à mesure que le courant de la chance s’épuise. Et il va sans dire que les labyrinthes de la sorcière/Uwasa’o sont tout aussi surréels et glorieusement rebutants qu’ils ne l’ont jamais été.

Dernières réflexions


[sourceLink asin = "" asin_jp = "" cdj_product_id = "2019CL-145" text = "" url = ""]

Magia Record souffre sans aucun doute d’être une adaptation de jeu mobile. L’immense casting de personnages typiques des jeux gatcha bloque sa tentative de drame axé sur les personnages, d’autant plus qu’il a si peu de temps pour raconter une histoire simple du début à la fin. Malgré tout, nous l’aimons pour son atmosphère, son ton et son effort courageux pour poursuivre Madoka Magica&rsquo ; héritage, et nous pouvons’attendre de voir le dernier tiers de la série !

Qu’avez-vous pensé de notre aperçu ? Avez-vous des problèmes avec Magia Record ? Avez-vous joué au gatcha ? Faites-le nous savoir dans les commentaires, et merci beaucoup pour votre lecture !

[author author_id= »103″ author= » » translator_id= » »]

[ad_bottom class= »mt40″]

[recommendedPost post_id=’284371′ url= » title= » img= » class= » widget_title= »]
Cet article a été rédigé par 103 Mary Lee Sauder et traduit par Dragon-Ball-Universe.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Dragon-Ball-Universe.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.